ANDRE CAPLET :
Chef d'orchestre et compositeur (1878-1925)

 

Né au Havre en 1878, André Caplet étudia le piano, base de sa formation de musicien, puis l'écriture et la composition à l'école de musique de cette ville, puis au Conservatoire de Paris où il entra en 1896; il y fut élève de Xavier Leroux en harmonie, de Charles Lenepveu en composition et de Paul Vidal en accompagnement. Il obtint le Prix de Rome en 1901 avec la cantate Mirrha pour chœur et orchestre. Il séjourna alors à Rome et effectua plusieurs voyages en Allemagne pour élargir sa connaissance du répertoire.Très tôt il s'intéresse à la musique d'orchestre qui jouera un rôle dominant dans sa vie et son œuvre. Il apprend la direction d'orchestre "sur le tas", avec plusieurs orchestres parisiens. En 1907, il rencontre Debussy auquel il vouera toujours une grande admiration. Il sera amené à seconder le maître lorsqu'il orchestrera, pour lui, le Martyre de Saint Sébastien. La musicologue Denise Launay a ainsi pu écrire : " Que serait-il advenu du Martyre si Debussy n'avait fait appel à Caplet pour le seconder dans le travail délicat de l'orchestration… ? ". Dans la lignée de ce type de travail, il orchestrera également de Debussy Children's Corner, La boîte à joujoux et deux Ariettes oubliées.
Dès 1910 ses premières compositions figurent dans des concerts parisiens. Ses grands interprètes furent Claire Croiza, Jane Bathori, Philippe Gaubert, Gaston Poulet, Maurice Maréchal, etc. Au cours des quatre années (1910-1914) passées à la direction de l'orchestre de l'opéra de Boston, il œuvre pour la diffusion de la musique française. Il est de retour en France au printemps 1914 et la guerre éclate en août: il appartient à la garnison du Havre et c'est avec le grade de sergent qu'il arrive au front, en septembre 1915. En mai 1916, le général Mangin lui commandera la Marche héroïque de la Ve Division. Il participa activement à la vie du quatuor fondé par Lucien Durosoir et c'est là qu'il rencontrera Maurice Maréchal, son cadet de quinze ans. A la fin de la guerre, il effectue un bref séjour aux Etats-Unis, en qualité de chef d'orchestre et y publie des extraits de ses " Essais " sur la technique du chef d'orchestre. De retour en Europe, il rentre en relation avec le milieu artistique parisien; à la direction d'orchestre, que sa santé affaiblie rend trop fatigante, il préfère la composition et refuse le poste de chef d'orchestre de l'opéra de Paris. Il dirige, cependant, divers orchestres de façon intermittente (Lamoureux, Pasdeloup). C'est néanmoins dans les sept années qui lui restent à vivre après la guerre qu'il compose l'essentiel de son œuvre. Peu à peu émancipé de l'influence de Debussy, très pénétré de mysticisme, il révèle, dans ses dernières œuvres, une grande originalité et des tendances à un certain ésotérisme*


(*cf. Arthur Hoéré, Grove Dictionnary of Music and Musicians).
Notes rédigées d'après la thèse de Denis Huneau
"André Caplet et l'orchestre"
Université François Rabelais, Tours, 2001)

 

envoyer une carte virtuelle envoyer une carte virtuelle adhérer à notre associationadhérer à notre association recharger la page d'accueil recharger la page d'accueil